Karibu Mto wa Mbu – Evasy

Salut les loulous !

Vous avez envie de vous évader quelques minutes ? Suivez-nous !

Aujourd’hui, on vous emmène en Afrique, au Nord de la Tanzanie. Nous sommes dans la région d’Arusha, célèbre pour ses nombreux parcs nationaux et ses villages Massai. On va visiter avec vous un petit village à deux heures de route à l’Ouest de la ville d’Arusha. En Swahili, Mto wa Mbu signifie « la rivière aux moustiques ».

Comme vous êtes perspicaces, vous aurez sans doute compris que le village a été baptisé ainsi en raison de sa proximité d’une rivière. Le cours d’eau attire de nombreux diptères, notamment lorsque le soleil se couche. On vous recommandera donc de penser à votre répulsif anti-insectes afin d’éviter toute piqûre. Et bien entendu, pensez à votre moustiquaire si vous comptez dormir sur place.

Ca vous dirait de faire une petite balade dans les alentours à la découverte du mode de vie des villageois ? C’est possible, grâce au programme de tourisme culturel qui a été mis en place en 1996 et dont les bénéfices contribuent au développement du village.

Le Red Banana Shop, dont vous voyez l’enseigne jaune sur la photo, est l’un des plus anciens bâtiments du village et le siège du programme de tourisme culturel. C’est donc ici que vous obtiendrez toutes les informations nécessaires à la visite du village.

Nous commençons donc notre promenade accompagnés de nos deux jeunes guides, qui vont nous faire découvrir la culture et l’artisanat locaux.

Karibu Mto wa Mbu ! Ca veut dire « Bienvenue à Mto wa Mbu » en Swahili, et si votre grand-mère a du mal à le prononcer, écrivez-le lui de la manière suivante : « Caribou Èmeto oua Èmebou ».

Nous allons d’abord en apprendre plus sur l’agriculture. Le village est entouré de rizières et la culture du riz est la première source de revenus pour la plupart des agriculteurs, qui ont mis au point un système d’irrigation grâce à la fameuse rivière dont nous vous parlions ci-dessus.

Petit fait amusant, les femmes sont munies de lance-pierres pour chasser les oiseaux qui viennent sans cesse picorer les grains de riz.

Nous partons ensuite à la rencontre des Makonde, un peuple que l’on trouve principalement au Mozambique, mais également en Tanzanie et au Kenya. Ils sont connus pour leurs magnifiques sculptures sur bois. Leurs représentants dans le village ne dérogent pas à la règle: ils travaillent dans un atelier-boutique de sculpture sur ébène, ce bois dur à l’écorce claire et noir à l’intérieur.

Nous en apprenons plus sur leurs méthodes de travail et pouvons admirer quelques sculpteurs à l’oeuvre, assis à-même le sol. Bien entendu, nous sommes sollicités pour acheter quelques souvenirs, mais dans la courtoisie et le respect.

Nous continuons notre promenade dans la bananeraie du village. Trois catégories de bananes y sont cultivées, petites, grosses ou rouges. On utilise chacune d’entre elles différemment, que ce soit pour la consommation directe, la cuisine ou encore les desserts.

Mais plus surprenant encore, le village abrite une brasserie… où l’on produit une bière de banane ! Spécialité du Nord de la Tanzanie, cette curieuse boisson résulte de la fermentation du millet et de la banane. Nous sommes invités à rejoindre un petit groupe de villageois, tous des hommes, sous un abri fait de feuilles de bananiers séchées. Après avoir échangé quelques plaisanteries, nos hôtes nous tendent des gobelets remplis du fameux breuvage.

Pour être honnête avec vous, la boisson parait très étrange de prime abord : épaisse, brunâtre, mousse et grumeaux se mélangeant en surface. Après avoir trinqué tous ensemble, nous n’avons plus le choix : nous devons goûter ! La saveur est vraiment particulière, assez prononcée mais vraiment différente des bières que nous connaissons en Europe. Cependant, ce n’est pas mauvais du tout ! Les villageois autour de nous se mettent à rire et nous chahutent, témoins de notre première gorgée de bière de banane.

S’en suivra une dégustation de vin de banane cette fois-ci, à l’apparence sans doute moins ragoûtante, mais tout aussi surprenant en bouche.

Après avoir pris congé de nos amis qui auront sans doute pris un second apéro après notre départ, nous sommes invités à découvrir l’atelier de peinture du village et l’école qui a été fondée par l’artiste Eduardo Saidi Tingatinga. Le style Tingatinga très coloré représente majoritairement des caricatures des animaux de la savane tanzanienne avec des gros yeux.
Nul doute que les peintures ne vous laisseront indifférents et émerveilleront les petits comme les plus grands.

Pour finir la visite du village, nous sommes invités pour le repas. Chaque jour, une famille du village a pour tâche de cuisiner pour les visiteurs. Nous sommes impatients de pouvoir enfin goûter aux spécialités locales, dont l’Ugali, ce féculent à base de farine de millet, le riz pilau ou encore les bananes plantains « ndizi » frites. En cuisine, les femmes s’activent. Des marmites en fonte sont posées par terre sur des braises. Mais quand nous arrivons, la cuisine est déjà terminée. Dommage ! Nous aurions bien aimé apprendre à préparer tous ces bons petits plats !

Les activités autour de Mto wa Mbu sont variées et il est également possible de faire des randonnées à pied ou à vélo dans les environs, ou encore d’y passer la nuit. Si jamais vous deviez aller en Tanzanie, nous ne pouvons que vous recommander de vous y arrêter.
Pour apprendre beaucoup de ces gens, de leurs difficultés à construire une maison solide, en passant par leur mixité religieuse et culturelle, ou encore leur créativité quand il s’agit d’irriguer une rizière. Mais aussi pour passer un peu de temps avec eux.
Pour vous évader, loin de chez vous, en buvant une bière de banane à l’ombre, ou en jouant au football avec les enfants du village qui vous accueilleront avec un grand sourire et ne vous laisseront plus repartir.

Catégories :Activités, Afrique, Articles, Artisanat et culture, Cuisine du monde, Des voyages et des rencontres, Tanzanie, Voyage

Tagué:Agriculture, Art, Arusha, Cuisine, Ecotourisme, Peinture, Sculpture, Tanzanie, Tourisme, Village, Voyage

Commentaires fermés.